Interview avec Yannick Leroux,
chef de projet du SEVENTY 7 - Bureau d’études Lagoon




Maquette numérique du SEVENTY 7




Yannick Leroux est un autodidacte, passionné de voile et de bateau depuis toujours. Sa vie s’est toujours articulée autour des bateaux. D’abord skipper pendant quelques années, il a atterri à Saint-Barthélemy, où il est resté 6 ans. Le temps de monter sa menuiserie en 1984, et de se construire une « saintoise » (embarcation locale).
Puis, entré chez Jeanneau en 2000, il a travaillé avec Jean-François de Prémorel pour lancer la Prestige 36. C’est là, qu’il a rencontré Dieter Gust (Président du chantier CNB-Lagoon) et Bruno Belmont (responsable développement voile Groupe Bénéteau), qui l’ont recruté pour le chantier CNB-Lagoon.

« Dans mon parcours, j’ai toujours été lié à Lagoon, avant même de travailler sur les projets de bateau. J’ai navigué sur le Lagoon 55 N°1 … et même eu l’occasion de convoyer le premier Lagoon 42 qui est arrivé en France. Lagoon, je ne peux pas m’en défaire ! »



Depuis combien de temps travaillez-vous chez CNB ?
Depuis 2004. J’ai d’abord été chef de projet sur les Lagoon 67. Puis j’ai eu la responsabilité du développement du Lagoon 620 et du monocoque CNB 76. J’ai ensuite enchaîné sur le 7MA (nom de code du SEVENTY 7).

Qu’avez-vous ressenti en vous voyant confier ce nouveau grand yacht ?
De la fierté, car c’est une marque de confiance de l’entreprise. De l’excitation, face à ce nouveau challenge, mais aussi la sensation de redémarrer un marathon très exigeant en temps et en énergie. Je vieillis de 10 ans à chaque nouveau projet !

Pouvez-vous nous expliquer votre rôle au Bureau d’études ?
Le rôle du chef de projet est de récupérer des données, de les compiler et de les transformer en un projet tangible et viable. Ces données proviennent du rêve des hommes du développement produit qui ont analysé les besoins des futurs clients avec le service commercial, et de l’imagination des architectes et du designer intérieur, à qui on confie les spécifications du bateau. A nous, avec mon équipe, de défricher ces informations pour en faire un cahier des charges organisé.

Comment est organisée l’équipe autour de ce projet ?
Il y a d’abord un travail entre le développement produit et les architectes (intérieur et extérieur). Ils construisent le projet, l’imaginent, définissent les grandes lignes du bateau, le design. L’avantage, c’est que toutes ces personnes travaillent ensemble depuis des années et se connaissent bien.
Ensuite, le chef de projet récupère ces données et on lui confie une équipe d’une dizaine de personnes, qui tournent en fonction de l’avancée du projet et selon les expertises de chacun. L’équipe est articulée autour des responsables métiers (aménagement intérieur, accastillage, mécanique, plomberie, électricité …).
Le lanceur méthode, en charge de guider les équipes de développement vers une optimisation de construction, est également très vite intégré. Depuis le premier jour, on se pose la question « comment va-t-on le construire ? », et ce à chaque étape.
Mon rôle est d’orchestrer tout ce petit monde : concepteurs BE, lanceur méthode, responsables métiers, développement produit, architectes, commerce. Beaucoup de médiation est indispensable, c’est une part importante de la mission.

Qu’appelle-t-on les « études » dans la définition d’un projet confié au BE ?
Une étude est composée de différents éléments, qui vivent ensemble avec l’avancée du projet.
  1. L’intégration dans notre système de CAO de toutes les données des architectes pour obtenir une maquette numérique. Celle-ci sera validée par l’ensemble des décideurs et sera le point de départ de tout le cheminement.
  2. Le BE est un architecte, lui aussi. En effet, nous concevons nous-mêmes des aspects techniques tels que la motorisation, la technique (calculs et implantation des réservoirs et réseaux, électricité, capots de pont, plan de pont), certaines zones d’aménagement qui n’ont pas été traitées par le designer, etc.
  3. Le co-développement : on confie également à des fournisseur l’étude d’un système défini par le BE. Par exemple la porte de bordée (la « terrasse » sur mer du salon propriétaire à l’avant du bateau), en fait partie.

« L’architecte reste garant que le bateau est sain et bien construit, qu’il est marin et navigable. »


Architectes / Bureau d’étude : quelle différence majeure dans le rôle de chacun ?
L’architecte doit s’assurer pendant tout le développement que le projet reste bien un ‘’bateau’’. Il est à l’origine de la réflexion, conçoit le bateau, et il reste garant que le bateau est sain et bien construit, qu’il est marin et navigable.
Le BE est, lui, le garant de la fonctionnalité du bateau, de sa solidité, du poids, des contraintes techniques, de la mise aux normes, etc.

Comment s’est organisée la conception des études du SEVENTY 7 ?
Quand le projet préparé par le développement produit et les architectes arrive à maturité, il faut l’accord de la direction pour déclencher la phase ‘’avant-projet’’ au sein du Bureau d’études : pour le 7MA, nous avons eu 3 mois pour l’étude du poids et l’intégration de tous les gros systèmes. Nous avons également bâti le budget d’investissement ainsi que les chiffrages de la matière et des heures nécessaires à la construction.
A l’issue de cette période, on se représente devant la direction pour valider que le projet est cohérent : que les gros systèmes (en particulier les éléments innovants) sont intégrés, que le devis de poids est conforme, que les budgets sont consolidés. Si la direction donne son aval, on lance la fabrication des moules.
Débute alors la phase d’études proprement dite : pour arriver à faire un n°1, on met 10 personnes pendant 1 an ½. La somme globale d’études pour toutes les versions d’un grand projet comme le 7MA est estimée à 40 000 heures...

« Je me projette comme skipper du bateau et je mets un focus particulier sur le fonctionnement technique du bateau. J’adore ça. »


Les études :
Il faut comprendre que tout est lié. Il n’y a pas vraiment de phases. On avance tous ensemble, et en contact permanent avec la production. Le BE construit très vite la nomenclature (sorte de « liste des courses ») du bateau pour avoir toutes les pièces, les fournitures pour construire le bateau, en nombre juste et au bon moment.

Quel est la partie des études que vous préférez ?
Toute la partie technique et l’équipement de pont. Je me projette comme skipper du bateau et je mets un focus particulier sur le fonctionnement technique du bateau. J’adore ça.

Qu’est ce qui est le plus innovant sur le SEVENTY 7 ?
Les systèmes : porte de bordée avant (la terrasse) ; la grande plateforme arrière qui servira de bain de soleil ou à remonter l’annexe, ou encore d’aire de jeux.
Le monitoring dont le principe est d’être ‘’ajouté’’ au fonctionnement de base du bateau, déjà très évolué. Ce système offrira au propriétaire un grand confort d’utilisation, des possibilités incroyables, sans pour autant pénaliser l’équipage et la vie à bord en cas de souci.
Le bateau peut être piloté de manière la plus classique du monde, ou fonctionner en full high-tech.

Qu’est-ce que vous préférez dans ce bateau ?
Sa polyvalence. Il est pensé pour tout faire, et il pourra tout faire : une très jolie croisière à la journée, une très belle transat très confortable, une belle plateforme nautique avec plein de variantes possibles sur le fly.

« C’est un bateau très bien pensé, qui va être superbe. »