Interview avec Romain Moses
Lanceur méthodes pour le SEVENTY 7






Nous avons demandé à Romain Moses, le lanceur-méthodes du SEVENTY 7, de nous expliquer cette étape :
La première des grandes étapes capitales de la construction d’un bateau est la fabrication des préformes. Une préforme est une pièce qui va permettre de fabriquer un moule de coque, de pont ou de roof par exemple pour finalement produire une unité qui soit fidèle à la définition faite par les architectes et le développement produit.


La fabrication des préformes
Le cabinet d’architecture navale VPLP étudie entre autres une forme de coque, de pont, de roof et de bimini. Lagoon récupère ces dessins, ainsi que des maquettes 3D, et les retravaille pour y intégrer l’accastillage et systèmes cinématiques tels que portes de descentes, porte de bordé, tenderlift, passerelle hydraulique, ainsi que des périphériques moteurs tels que la ventilation des compartiments techniques, échappement, ligne d’arbre… Le bureau d’études produit enfin un dessin 3D (appelé maquette numérique) finalisé.
A partir de ces données numériques, nous allons pouvoir commencer la fabrication des préformes puis des moules. Nous avons fait des moules pour la coque, le pont, le roof, et le bimini, ainsi que pour une multitude de banquettes, meubles extérieurs, capots, et même receveurs de douches intérieures.

Exemple de construction : la préforme de coque

Sur les bases du dessin 3D de la coque, le sous-traitant choisi par Lagoon assemble des immenses blocs de polystyrène. Une machine à commande numérique va ensuite y usiner une vraie coque à l’échelle 1 du bateau, parfois en plusieurs morceaux séparés en raison de la dimension de la coque finale (la préforme de coque du SEVENTY 7 par exemple a été usinée en quatre morceaux distincts).
La pièce est ensuite recouverte de pâte polyester qui durcit, elle est de nouveau usinée, les morceaux sont assemblés, et le résultat est la préforme.
L’équipe Lagoon va ensuite valider la forme générale chez le prestataire et valider la dimension, la position des trous pour les hublots, les découpes, etc.
La préforme est ensuite recouverte d’une laque noire puis poncée minutieusement à la main pour monter la laque en brillance jusqu’à obtenir l’effet d’un miroir. C’est la préforme brillante. De là va pouvoir commencer la fabrication des moules.



Qu’est-ce qu’un lanceur-méthode ?
La personne chargée de l’industrialisation du projet, son rôle principal est d’assurer la transmission de données entre le bureau d'études et la production.
Ses missions s’organisent chronologiquement autour d’un projet :

Au moment des études, il est là pour faire bénéficier au bureau d'études de l’expérience acquise sur les projets précédents en terme d’industrialisation (des retours d’expérience permettent de savoir ce qui a marché ou pas, et de capitaliser sur les succès pour dessiner le nouveau bateau).
Il aide le chef de projet et les concepteurs du bureau d’études à trouver les solutions techniques pour atteindre le niveau de qualité souhaité dans un cadre d’heures de production maîtrisé.
Il pilote l’étude et la réalisation des différents outillages nécessaires à la fabrication du bateau comme les moules composite, passerelles d’accès et de travail, ainsi que divers moyens de manutention. La sécurité et l’ergonomie de travail des opérateurs requièrent une attention très particulière dans ces définitions.
En période d’étude, il donne des indicateurs au chef d’atelier en termes de planning et de volume de ressources nécessaire, lui permettant de dimensionner son équipe d’opérateurs pour l’arrivée en production du bateau.

En phase de production, le Lanceur méthodes se déplace en usine pour être au plus près du chantier des premiers bateaux et communiquer à la production toutes les informations acquises pendant l’étude. Accompagné par l’équipe méthode (5 à 7 personnes), il va illustrer la donnée du bureau d'études de manière à la rendre exploitable par la production. Il travaille étroitement avec le chef d’atelier.
Accompagné du bureau d’études, il aide la production à résoudre les éventuels aléas rencontrés afin de pérenniser les retours d’informations, en optimisant les temps et délais de fabrication.
C’est un métier transversal qui change beaucoup selon le déroulement du projet et permet de suivre le projet du bateau de A à Z.


retour